Jean-Paul Malrieu : Quels rapports entre Théorie, Compréhension et Numérisme (voire simulation) dans nos pratiques ? (IRSAMC - 26 mars 2018)

lundi  26 mars 2018 : 14h00

Jean-Paul Malrieu
LCPQ

LIEU  : Salle de séminaire, IRSAMC - Bat. IIIr1-B4 - 3ème étage
DATE  : 26 mars 2018, 14 H

Résumé
En chimie Quantique comme dans une partie de la Physique du solide les calculs numériques prennent une part croissante de l’activité des chercheurs et des publications. Cette évolution tient largement aux progrès des calculateurs et à celui des méthodes, qui permettent d’obtenir des fiabilités quantitatives hier inespérées, et les expérimentateurs sollicitent de plus en plus nos apports. Sommes-nous voués à fonctionner comme une « spectroscopie » numérique ? On pointera deux périls :
  • le primat d’efficacité (le « ça marche ») peut conduire à des simulations qui font fi des fondements théoriques
  • l’effort d’interprétation, c’est-à-dire d’identification des effets dominants, recule au profit de la précision ponctuelle.

Je soutiendrai que sous certaines conditions méthodologiques il est possible d’asseoir sur des calculs les plus rigoureux une construction narrative (des explications et des modèles) fondée. Mais il se peut que se développent, en particulier à l’aide de réseaux neuronaux, des outils prédictifs qui ne s’appuieront plus sur un corpus théorique. A quelles reconversions ou recentrations serons-nous alors obligés ?

Ce séminaire reprend un point de vue publié dans le dernier numéro de Reflets de la Physique.


rechercher sur site