Motion du conseil de fédération de l’Institut de Recherche sur les Systèmes Atomiques et Moléculaires Complexes (IRSAMC, FR 2568 UPS/CNRS/INSA) sur le projet de loi LPPR


PDF - 226.2 ko
Motion IRSAMC LPPR

À l’approche de la présentation du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et à la lecture des trois rapports remis en septembre 2019, le conseil de fédération de l’IRSAMC accueille favorablement la volonté de respecter l’engagement pris par la France en 2000 de porter à 3% du PIB la part d’investissement dans la recherche dont 1 point pour la recherche publique. S’il partage les constats alarmants présentés dans les rapports remis à Madame la Ministre en septembre dernier, il s’inquiète de certaines propositions propres à renforcer les faiblesses pointées dans l’organisation de notre système de recherche et rappelle certains points incontournables en vue d’une amélioration de ce système :

  • Redonner du temps de recherche aux chercheur·es et enseignant·es-chercheur·es et, a minima, maintenir un référentiel national et statutaire d’enseignement d’au plus 192 HETD pour les enseignant·es-chercheur·es ;
  • Augmenter le nombre de recrutements sur des postes permanents de chercheur·es et d’enseignant·es-chercheur·es de façon, notamment, à mettre un terme à la précarisation alarmante des jeunes docteur⋅es,
  • Augmenter également les postes de soutien techniques et administratifs de façon à mettre un terme à la précarité de ces contrats,
  • Revaloriser significativement les salaires, tout particulièrement en début de carrière, de manière à renforcer l’attractivité des métiers de la recherche ;
  • Augmenter les crédits récurrents des laboratoires de manière à garantir la stabilité nécessaire au développement de recherches fructueuses sur le long terme.

Le conseil de fédération de l’IRSAMC ne peut accepter que le projet de LPPR prenne une direction orthogonale à celles proposées par la communauté scientifique, notamment par de nombreuses sociétés savantes, la commission permanente du conseil national des universités (CP-CNU), la conférence des président·es de sections du comité national (CPCN) du CoNRS et le Conseil scientifique du CNRS.

Enfin, le conseil de laboratoire sera vigilant à ce que le projet de loi de la LPPR suive les engagements pris par la ministre F. Vidal le 4 février 2020 dans son discours lors du séminaire d’accompagnement des nouveaux·elles directeur·trices d’unité du CNRS.
Adoptée le 24 février 2020 à l’unanimité.



rechercher sur site